#2 Les prix Littéraires sont-ils... corrompus ?

Chaque année, hiver rime avec prix littéraires : novembre couronne les publications de la rentrée, le gratin des cercles littéraires distribue ses lauriers, et des septuagénaires d’un autre temps remettent lettres et controverses au goût du jour.


Voici une série d'articles qui proposent une réflexion autour des maux itératifs qui agitent le monde du livre presque à en éclipser la beauté de ses mots. Promotion, corruption, sexisme : voyage au cœur des clichés des prix littéraires avec l'essai de Sylvie Ducas et son essai "La Littérature à quel(s) prix". (On se croirait dans Enquête Exclusive, pas vrai ?)


Bienvenue dans le 2ème épisode de cette série :

les prix littéraires sont-ils... ?



L'art vs le produit


Le gros poncif du genre, quand on parle prix littéraires, c’est la corruption … Et ce n’est pas un hasard. Les prix littéraires sont-ils corrompus ? Plus vraiment, pas comme ils ont pu l’être historiquement en tout cas, mais on ne peut pas dire qu’ils soient totalement impartiaux non plus. Pour comprendre, il faut revenir quelques années en arrière.


Les prix littéraires en général, et le Goncourt en particulier, naissent d’une éviction : ils s’inscrivent dans une tentative de dépassement de la condition littéraire de l’époque imposée par un nouvel environnement économique, où les barons du XIXème laissent place à des entreprises d’édition.


Qui dit entreprise, dit bénéfice, et le système est rapidement perverti par les éditeurs : « leur stratégie consiste dès lors à vouloir briguer dans le même temps les lauriers de la reconnaissance littéraire et les deniers du succès commercial ».Les prix littéraires deviennent alors la conversion d’un capital symbolique (la reconnaissance de la valeur littéraire) en un capital économique. Le Goncourt s’avère très vendeur, et incarne ironiquement le mariage de l’argent et des lettres : plus bel exemple du détournement d’un mécénat littéraire par l’économie de marché, il devient un prix d’éditeur.


La course au couronnement


S’amorce alors une course au couronnement mettant le monde des livres en lice : une bataille qui a longtemps opposé Gallimard à Grasset. Les éditeurs assurent la promotion de leurs poulains auprès du jury Goncourt … constitué de romanciers, de critiques et d’éditeurs. Il n’est pas grossièrement question de pots-de-vin, la corruption des prix littéraires repose sur des mécanismes plus subtils, difficilement indentifiables, de connivences qui inféodent les nommants : les réseaux de sociabilité littéraire, politique et intellectuelle dominent le milieu incestueux de la culture, et certains jurés roulent pour leur maison, par principe de loyauté. On parle alors de corruption sentimentale.


La triade GalliGraSeuil toujours omniprésente ?


Malgré cela, les prix littéraires restent dominés par les grandes maisons : Gallimard a régné sur les prix pendant près de vingt ans, Grasset a pris le relais depuis les années 80, et participe d’une triade GalliGraSeuil qui rafle les deux tiers des prix d’automne, le Femina est surnommé le « Prix Gallimard », mais d’excellentes - et plus petites - maisons d’édition peinent à se frayer un chemin dans cette hégémonie du prestige des nommants.


Si, ces dernières années, davantage de prix m'ont semblé être décernés à des maisons plus modestes, force est de constater que lorsqu'on fait les comptes, la triade diabolique règne toujours sur les prix littéraires.

Nombre de prix remportés par chaque maison ces 30 dernières années pour le Goncourt, le Renaudot, le Médicis et le Fémina.

Malgré la percée d'Actes Sud ces dernières années, Gallimard reste en tête, talonné par Grasset et Le Seuil. C'est encore plus écrasant lorsque l'on comptabilise les maisons-filles du groupe Madrigall qui culmine alors à 44 prix... C'est ce qu'on appelle une domination totale.


RDV LA SEMAINE PROCHAINE POUR LE 3ème ÉPISODE DES "PRIX LITTÉRAIRES" :

LES PRIX LITTÉRAIRES SONT-ILS... FAITS POUR VENDRE ?


ET POUR LE PREMIER ÉPISODE, C'EST JUSTE ICI !



en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY