Bed bug, Katherine Pancol

« Alors qu’ils sont en train de copuler, la femelle perce avec ses pièces buccales la tête de son partenaire et lui injecte sa salive digestive. Le mâle est bientôt réduit à l’état de purée liquide. Elle l’ aspire alors comme avec une paille. La carapace vide et desséchée du mâle tombe en poussière, sauf son pénis qui continue à s’activer pour le plus grand plaisir de la moucheronne. Les femelles culicoides n’éprouvent de l’intérêt que pour un être dévitalisé dont elles dévorent la vie. »



Bed bug ou le désarroi amoureux d’une femme au bord d’un lit.


Bed Bug, c'est Rose, biologiste parisienne, à l'aube d'une découverte scientifique majeure qui pourrait faire entrer son nom dans l'histoire avec des lucioles. Ce projet, elle travaille dessus avec Léo, un cubain sexy qui semble appuyer sur tous les bons boutons de ses copines et qui la fait légèrement frétiller lorsqu'il ne porte pas ses pantalons jaunes - Rose déteste les pantalons jaunes. Entre deux TD sur la reproduction des Lamprohiza splendidula, Rose en tombe folle amoureuse... Et c'est le début des problèmes. Elle qui maîtrise parfaitement l'alchimie sexuelle des insectes, se retrouve complètement dépourvue face à Léo.


Un bon roman


Quand je lis Katherine Pancol, ça me fait un peu le même effet que Marc Levy : c'est léger, c'est sympa, ça glisse tout seul, ça n'a pas grand chose de marquant et ça finit toujours pas me décevoir un peu tant je continue de chercher dans ses nouveaux romans la même saveur que ses débuts. Alors, objectivement, Bed bug est un bon roman. Bien meilleur que les crocodiles et les écureuils, mais pas non plus à la hauteur des tous premiers Pancol, il faut le dire.


Il n'en reste pas moins que Bed bug est attachant, sur un thème au premier abord éculé mais qui nous emmène plus loin qu'un feel-good tout simple, dans un univers atypique, avec un petit quelque chose d'"Atypical" , à suivre les aventures d'une anti-héroïne iconoclaste, entre son labo, ses déboires sentimentaux et une colocation haute en couleurs avec sa mère et sa grand-mère.


Finalement, Bed bug n'est pas une histoire d'amour - c'est une histoire de femmes, de désir féminin, de sexe et de sentiments, de famille aussi, de rapport au corps et aux autres. Une histoire bien menée, pleine de tendresse et de douceur, qui se lit tout seul.


Ames trop exigeantes s'abstenir


On ne peut lui faire qu'un seul reproche : ce n'est pas de la grande littérature. Alors non, on n'est pas dans un style Goncourt. Pas de vocabulaire ampoulé, de rythme atypique ou de littéralité exceptionnelle. Ce n'est pas un grand roman, et ce n'est sans doute pas son but - ça ne le rend pas moins bon pour autant. Je crois qu'il faut le juger pour ce qu'il est : un roman accessible, qui se dévore facilement. Et dans son genre, il réussit brillamment.


💖 À lire si : tu cherches un bon roman pas prise de tête.

💔 À zapper pour : les amateurs de grande littérature.


FAIS-TOI TA PROPRE IDÉE 💙


en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY