BettieBook - Frédéric Ciriez

"Nous, on parle directement à nos abonnés, ce sont nos égaux. Ce qui nous intéresse, c'est le partage. On n'est pas comme ces critiques littéraires classiques qui ne connaissent pas leurs lecteurs." A travers uan roman choral ultra contemporain, Frédéric Ciriez ausculte le clash générationnel entre les booktubeuses et leur vieil oncle sur le déclin, j'ai nommé la sacro-sainte critique littéraire. Une photographie fraîche, quoiqu'un peu sombre sur les bords, de l'état actuel de la culture.



"J'aimerais écrire le roman noir de la critique littéraire."


Stéphane Sorges est critique littéraire pour Le Monde des Livres. Il apparaît un peu chez Paris Première, tapine quelques piges ça et là dans la presse, survit dans un écosystème en proie à une grave crise existentielle, bousculé par le digital, Youtube, #Bookstagram et #BookTube. Stéphane Sorges vient de se faire épingler pour sa critique au vitriol d'un roman médiocre qu'il n'a pas lu. Stéphane Sorges a les glandes. Lorsque sa rédac-chef lui assigne une enquête sur les nouvelles influenceuses de la littérature - les booktubeuses - Stéphane Sorges râle, mais ploie : "Elle l'a déjà fait." Ainsi provoque-t-il sa rencontre avec BettieBook, lectrice assidue de dystopies en ligne, équipière polyvalente dans une boutique d'UV IRL.


Tout les oppose. L'âge, la culture, l'activité. Seul point commun : les livres, que l'un chronique avec une haine vivace, que l'autre partage avec un amour dégoulinant. Lui est (maigrement) payé pour cela, voit son influence fondre, son nom disparaître. Elle aimerait en vivre, vise les 600 000 abonnés pour Noël, fait apparaître son nom partout.


A travers deux profils que tout sépare, et qui vont pourtant se croiser, s'élever, se toucher et se détruire, Frédéric Ciriez écrit à la fois ce roman noir de la critique littéraire qu'il prête à la volonté de son personnage principal, et un état des lieux cocasse, parfaitement identifiable et parfois délétère de la culture telle qu'elle existe aujourd'hui, scindée entre deux mondes distincts qui se méprisent. BettieBook est le roman de la critique littéraire qui répond enfin à l'hégémonie croissante des booktubeuses.


" Ses revenus à lui ont baissé de 25 % en une année. Sa notoriété à elle a cru de 200 % en six mois. Il se sent en bout de course. Elle réfléchit à des nouvelles opportunités professionnelles, aimerait être repérée par un YouTube manager qui lui trouverais les plans. Il se demande comment il va joindre les deux bouts pour les fêtes de fin d’année, songe à un crédit conso chez Cételem. Elle se fixe l’objectif des 60 000 abonnés pour Noël. Ses cheveux à lui son ternes. Jamais elle ne s’est sentie aussi belle, aussi Betty, autant Bettiebook. Son avis a moins de poids dans les prix littéraires où il tapine. Elle envisage de postuler au jury du prix Orange de la nouvelle numérique."


BettieBook, un pavé dans la marre des booktubeuses ?


"Dans le monde des livres, Stéphane Sorges écrit : « BettieBook et l’@mazone nouvelle de la critique littéraire, une figure non pas fin de siècle mais début de millénaire absolument neuve. Et si le futur, c’était elle ? »"


A travers une enquête journalistique qui reprend les meilleures astuces des espions, Stéphane Sorges s'instille doucement dans la toile de Bettie, jusqu'à refermer son piège cruel sur elle. Dans son sillage, et derrière ce polar littéraire, il ausculte le monde de la culture, ses réflexions, son esthétique et ses non-dits, et plonge en territoire inconnu dans le l'océan BookTube. Tout y passe : les commissions des maisons d'édition, l'affiliation, le salaire évidemment, l'influence, les partenariats, l'authenticité - ou non - des avis, les relations avec les marques. Le rapport à la vidéo, à l'opinion, à la sincérité. À l'intégrité.

En filigrane, l'opposition entre print et vidéo ne cache pas un jugement suranné de l'auteur, bien trop fin pour cela, mais interroge sur la représentation et l'avenir de la critique. BettieBook l'assure : la critique sera nécessairement amenée à quitter l'écrit pour investir la vidéo.


Dans un combat de punchlines, les deux mondes se fondent et s'affrontent. Baudelaire & Barthes contre Unboxing & PAL. Soirées mondaines hypocrites contre déballage euphorique de services presse. La descente aux enfers de la presse contre la montée spectaculaire de BookTube. Qui en sortira victorieux ? La littérature, pour sûr.


"Plus on la voit, plus elle vit. Plus on s’abonne à sa chaîne, puis elle existe. Elle est un média, l’actualisation sans fin d’un le corps et d’un discours." BettieBook, c'est le roman de la réalité aux frontières poreuses, c'est le roman de la dystopie, de l'effet de réel, du "presque". C'est une réflexion acérée et judicieuse sur la manière dont, en 2018, la littérature s'insère dans la société, investit les réseaux sociaux et le web. Un roman qui a su intelligemment dépasser le "c'était mieux avant" pour s'affranchir de son parti-pris et laisser le lecteur naviguer entre un dilemme épineux et une sulfureuse histoire de (faux) cul.


Tu peux lire les premières pages de BettieBook juste ici !


en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY