Elena et les joueuses : le (grand ?) retour de Lolita Pille




Lolita Pille & Lolita tout court


Mon histoire avec Lolita Pille commence en 2005. J'ai 15 ans, le même prénom et une envie débordante d'écrire, mais trop d'immaturité pour croire que je peux le faire. Et puis un jour, une amie empêtrée dans une histoire aussi dramatique que poétique avec un garçon de 5 ans son aîné me prête un roman qui changera mon regard sur le monde à tout jamais. Hell. La version littéraire de la dernière scène de Fight Club - des objets culturels qui ont marqué une génération.


Ce roman que j'ai lu il y a 14 ans, je le connais encore par coeur. J'ai retenu sa première phrase iconique, "Je suis une pétasse", sa dernière phrase emphatique, "Le monde souffre, et je souffre avec lui", et tous les interstices bourrés de charme, de grossièretés et de mots luxueusement empêtrés. Lolita Pille avait 18 ans, la révolte vengeresse de la jeunesse, une fascination pour l'autodestruction et une appétence pour Beigbeder.


Aujourd'hui, Lolita Pille a grandi, et moi avec. J'ai relu, rerelu, rererelu Hell, j'ai dégusté Bubble Gum, j'ai versé dans la Sci-Fi en m'amourachant du surprenant Crépuscule Ville pour dévorer quelques miettes restantes de sa plume qui s'est mise au repos durant de trop longues années. Et voilà qu'elle revient, alors l'espoir s'était finalement tari et que les lignes ostentatoires de Hell me hantent encore.


Elena et les joueuses


Chacun des romans de Lolita Pille a son propre univers, mais tous se recoupent sous une vision unique du monde, cynique et romantique, un peu fataliste aussi. Elena et les joueuses n'échappe pas à la règle. Ici, on retrouve la jeunesse dorée du XVIème qui roule en Porsche et boit des bulles avec la carte bleue de papa. Mais les ado dépressives ont grandi, Ella est devenu Elena, et elle a grandi aussi.


Dans le même univers de filles à papa, Elena, ancienne championne de tennis déchue au pédigrée marqué par l'arrestation de son père pour détournements de fonds, retrouve deux de ses amies de lycée et refait le monde le temps d'une après-midi, de leurs frasques à leurs drames d'adolescentes, et s'interrogent sur le Catherine, la jeune fille volcanique mystérieusement disparue avant d'entrer en Terminale, qui demeure un tabou au sein de la bande d'amies et même au sein du couple qu'Elena forme avec son frère.


Un roman destabilisant


Construit à l'envers, le roman déstabilise en permanence son lecteur qui manque de repères pour se raccrocher à la narration. Impossible de s'ancrer dans ce récit mouvant qui remonte le temps à travers une chronologie déformée, on ne peut que se laisser porter par la quête du Mystère Catherine, clé du passé comme de l'histoire.

On ne retrouve pas ici les envolées lyriques d'une Lolita Pille des années 90, mais un style plus oralisé qui flirte avec des relents de romantisme et de mélancolie sur fond de banqueroute assumée. C'est un roman sensible, fort, errant, qui happe et qui interroge, plus mature, déroutant et subtil.


Tu peux découvrir les premières pages du roman juste ici !





en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY