L'affaire Nobel, Olivier Truc

Il a la cinquantaine. Il vit en Suède, auprès de sa femme qui évolue dans les hautes sphères culturelles baltes. Du jour au lendemain, il devient le Weinstein français. Mais le scandale s'étouffe sous celui qui secoue les instances littéraires du pays : comment 18 plaintes pour agressions sexuelles et viols ont fait trembler l'Académie suédoise, le Nobel et tout l'état balte ? Décryptage avec L'affaire Nobel.



Le prix Nobel n'aura pas lieu


Ce roman, c'est celui du #MeToo suédois, c'est celui de "la drague à la française", cette façon dégueulasse que l'étranger a de considérer nos violeurs comme des hommes "juste un peu trop téméraires", et c'est celui du scandale littéraire qui secoue le Nobel entre 2017 et 2018. À la croisée de ces trois volets, un seul homme, Jean-Claude Arnault, à la tête d'un club culturel côté dans tout le pays le jour, une sorte de Strauss Khan de la littérature la nuit.


Notre vieux dégueulasse partage la vie de Katarina Frostenson, une poétesse reconnue qui siège à l'Académie suédoise, (C'est comme l'Académie française, créée une centaine d'années plus tard). Bien sûr, sa femme le défend : il n'a rien fait, il est français, c'est tout. C'est bien connu.


Sauf qu'à l'Académie, tout le monde ne l'accepte pas. Sara Danius, l'ultra-féministe de la bande - et manque de pot, la Secrétaire Générale - a du mal à digérer. On la comprend. Danius d'un côté, Frostenson de l'autre : le match est lancé. L'une attaque, l'autre défend, et toutes deux entraînent dans leur sillon leurs compagnons de chaire qui, tour à tour, n'ont plus d'autre choix que de prendre parti. Pour une histoire de fesses, l'Académie se délite.


Juste une histoire de fesses ? Pas vraiment. Cette épée de Damoclès qui pendouille au-dessus de la tête du couple d'enfer, c'est 18 accusations d'agression, dont plusieurs pour viols caractérisés. C'est de la coercition - fais-moi plaisir et tu auras peut-être le job de tes rêves. Ce sont les noms des lauréats qui fuitent sur l'oreiller des compagnes et des victimes, c'est tout un pays qui se déchire, c'est un comité reconnu pour sa noblesse qui doit décider de garder ou d'abandonner l'une des leurs - laquelle ? Pendant ce temps-là, la littérature disparaît. Le prix Nobel, qui devait être décerné un mois plus tard, n'aura pas lieu.


#MeToo, Nobel et joutes verbales entre amis


Sidéré par cette histoire en apparence si peu suédoise, Olivier Truc, correspondant à Stockholm depuis 25 ans, mène l'enquête. Il raconte la déflagration nationale, montre comment ce qui aurait pu n’être qu’un fait-divers presque cocasse reflète les contradictions profondes d’une société en apparence si policée et si progressiste.


Il nous emmène dans les archives de l’Académie et dans son restaurant favori, rencontre des personnalités du monde des lettres pour mettre en lumière l’opacité du prix littéraire le plus célèbre au monde.


Il raconte  : comment un Français sans éclat est devenu le Weinstein suédois, les conflits autour des lauréats ou de refusés aussi célèbres que Zola, Freud ou Strindberg, l’histoire étonnante d’Alfred Nobel, le rôle de la Fondation créée à sa mort en 1901, les rituels du prix et les sommes en jeu, ou encore le rôle ambigu de la royauté, paradoxal au pays d’une social-démocratie parfois moins sociale qu’il n’y paraît.


3 bonnes raisons de le lire


Ce qui est hyper intéressant dans ce roman, c'est...


LE STYLE Olivier Truc raconte son histoire comme une voix off doublerait un dessin animé. D'emblée, le roman s'inscrit dans le cocasse, pas dans le drame. C'est extrêmement déroutant de lire des scènes d'une violence verbale sans pareil se mêler à des commentaires généraux qui flirtent avec l'hilarité. Néanmoins, ça a le mérite d'ôter une bonne partie du pathos qui va avec la thématique et de proposer au lecteur d'adopter un regard avec un peu de perspective. Futé.


LES COULISSES DE LA LITTÉRATURE On ne se refait pas ! Comme tout lecteur passionné, ce qui m'intéresse c'est de savoir comment se forgent les légendes du Nobel. Et Olivier Truc ne déroge pas à sa mission : interviews, récits rapportés, on est presque à la limite de l'insertion de coupures de journaux. L'enquête a beau être amenée avec un peu de légèreté, on est sur un travail très sérieux et fouillé.


LES FAITS L'enquête ne dit pas tout. Certaines zones d'ombre persistent. Et pourtant, l'intérêt de ce roman est aussi celui de remettre sur le devant de la scène un épisode qui a très vite été chassé par d'autres scandales. C'est celui de se rendre compte que l'image de la France à l'étranger c'est celle-ci, celle des "dragueurs invétérés" qui flirtent avec les limites et qui les franchissent parce qu'ils sont français. Que, quelque part, le Français aime le pain, porte des bérets, et viole des filles. Ouch.


Verdict


En bref, c'est un bon roman. C'est fouillé, intelligent, ça dresse le portrait dans son entièreté avec des litres de contexte, ça explique, ça décortique, ça décrypte. Le style - spécial - peut gêner mais le fond intéressant bousille les préjugés de la Suède comme du Nobel.


Pour lire les premières pages du roman, c'est ici !


en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY