L’Authentique Pearline Portious - Kei Miller

L’Authentique Pearline Portious est un conte exotique que Kei Miller narre avec une magie empreinte d’effluves jamaïcains, presque lyrique, toujours envoûtant.


Le conte jamaïcain de Kei Miller


« Dans not’monde, y a connaissance à foison, assez pour que t’en prennes et que t’en laisses. Si t’as envie, tu peux refuser de croire plein de choses et pas t’occuper de comment ces choses-là sont vraies-vraies. Je sais des choses que tu connais pas, et que tu connaîtras jamais. »


Écoutez de toutes vos oreilles l’histoire d’une femme puissante, une prophétesse, une vraie de vraie : Adamine Bustamante. Elle vous dira qu’elle est née en Jamaïque dans une léproserie, où sa mère éphémère, l’authentique Pearline Portious, tricotait des bandages multicolores simplement parce que c’était plus gai. Où la non moins fabuleuse Mman Lazare repoussa l’heure de mourir jusqu’à ses cent cinq ans, bien obligée, pour élever la petite.


Deux voix ne sont pas de trop pour raconter cette histoire. Celle d’Adamine, avec sa verve et son souffle puissant, chuchotant au vent sa version des faits, à l’époque où elle était la plus grande Crieuse de Vérité de Jamaïque. Et celle de l’écrivain, cherchant à retracer la vie de la dernière prophétesse. Leurs récits se croisent, se répondent — il faut voir Adamine sermonner ce « Monsieur Gratte-Papyè » — et tissent peu à peu la carte de filiations plus secrètes entre deux mondes.


De L’Authentique Pearline Portious à Adamine Bustamante


« Il était une fois une léproserie en Jamaïque. » Kei Miller nous embarque dès les premières lignes dans un village pittoresque de la Jamaïque d’un autre temps, à la rencontre de l’Authentique Pearline Portious, l’héroïne de quelques chapitres peut-être, mais pas celle du roman choral et plurivoque livré ici. L’auteur nous entraîne de voix en voix, au fil de récits croisés, d’une génération à l’autre et de la léproserie à l’Angleterre des expats qui s’intègrent (ou pas) à la culture continentale.


Le roman, étalé sur quatre parties et quatre générations, nous jette au cœur d’une enquête endiablée où Miller retrace une généalogie pleine d’obstacles sous de multiples formes. Tantôt dans la narration épique, tantôt dans le recueil de témoignages, l’écrivain poursuit Pearline Portious et sa mère, puis sa fille, Adamine Bustamante, officiellement nommée Pearline Portious par erreur.


Imbroglio d’aventures abracadabrantes et de personnages qui s’entrelacent dans des récits homériques sur fond de folklore vert-jaune-noir, l’Authentique Pearline Portious tente de retracer le destin d’une femme hors norme, une Crieuse de Vérité élevée dans une léproserie, mariée à un expatrié violent, internée dans un asile britannique à l’époque des électrochocs.


La culture de l’imaginaire


Kei Miller nous invite au voyage à travers les continents et les cultures, mais surtout à travers l’épopée d’une vie authentique et atypique qu’il traverse d’un bout à l’autre, depuis la mère d’Adamine jusqu’à son enfant, dans la reconstruction du parcours sinueux de cette aura presque légendaire. Il convoque ainsi de multiples voix, d’abord la sienne, celle de « Monsieur Gratte-Papyè » qui narre le récit, entrecoupée du souffle tellurique de la Crieuse de Vérité dans un patois originel, heureusement pas omniprésent.


D’emblée drôle, puis épique, finalement délicat, le roman emmène le lecteur à tous les stades de l’émotion : l’hilarité, lorsque les registres soutenu et vulgaire se mêlent, l’emballement de la cavalcade et des péripéties, la curiosité d’une dernière partie touchante, révélatrice d’une vérité que la Crieuse chuchote à demi-mots. S’il se lit en plusieurs parties, on y verrait presque quatre romans en un seul, dont tous tendent à dessiner sur papier l’héroïne aux multiples facettes.


C’est sans doute les témoignages poignants et dépouillés du mari, du jardinier et des deux infirmières qui fonctionnent le mieux pour reconstruire l’hologramme de cette prophétesse qui se tient devant l’écrivain, dans ce que l’écriture égratignée des artifices de la narration la révèle à nous pour ce qu’elle est vraiment.


L’Authentique Pearline Portious est Adamine Bustamante, un personnage légendaire parti d’une phrase en l’air qui nous emmène partout où elle va : dans la léproserie Jamaïcaine, dans l’Angleterre bien-pensante et rigide, dans l’hospice sans scrupule et dans les nuits d’enfer, dans la sombre folie de la vérité dont l’incroyable phrasé de Kei Miller ne doit pas nous faire oublier l’issue tragique qui se joue. Curieux, exotique, ensorcelant : une ode aux mille vies, une valse récitale à quatre temps.

en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY