La nuit de Kim Kardashian, Pauline Delassus

De ce roman, on m'a tout dit avant même que je n'ai eu le temps de l'ouvrir. Qu'il était "people", ridicule, superficiel et méprisable, qu'il n'apportait rien à la littérature, que Grasset ne se respectait plus en publiant une telle bouse. FAUX.



De Julie Gayet à Kim Kardashian


Les préjugés ont la vie dure. Ce roman, on me l'a descendu dans tous les sens sans que je n'ai eu le temps d'en lire une seule page. Le plus cocasse, c'est que ces critiques acerbes et déloyales venaient de lecteurs... qui ne l'avaient pas lu. Il y a eu la vendeuse de la FNAC, d'abord, qui m'a annoncé avec dédain : "C'est dans la section people". Sympa, pour un roman classé littérature française. Et puis il y a eu les blogueurs. "Tu vas vraiment lire un truc sur Kim K. ?" "Je ne lis pas des trucs aussi superficiels..." "C'est une fille d'éditeur, regarde les critiques sur son précédent roman !" - en j'en passe.


Ça tombe bien, son précédent roman, je l'ai aussi lu. Pauline Delassus a beau être fille d'éditeur, décriée pour son possible piston, jalousée par des écrivains frustrés et des journalistes partiaux, ses deux seules biographies romancées, la première sur Julie Gayet (Mademoiselle), la seconde sur le braquage de la plus célèbre des Kardashians (La nuit de Kim Kardashian), sont de belles réussites à tous points de vue.


Mademoiselle racontait Julie Gayet à l'heure où François Hollande rendait son tablier. Je n'étais ni passionnée par l'affaire du scooter, ni suffisamment intéressée par l'actrice pour trouver un intérêt quelconque à cette lecture. Et pourtant, un jour de départ en vacances, j'ai saisi le roman au vol dans un Relay, l'ai ouvert 10 minutes après le départ du train, et ne l'ai pas lâché avant d'en avoir lu la dernière page.


C'est là tout l'art de Pauline Delassus : le sujet n'a rien de passionnant, mais la façon dont elle le raconte, la manière qu'elle a de dépeindre Julie Gayet, entre l'intimité, le féminisme, sa vie de mère, d'actrice et d'activiste du cinéma, m'a scotchée. Ça sonnait comme le destin d'une Marie-Antoinette, c'était probablement trop d'honneurs pour un personnage si peu public, mais c'était un portrait emballant, romanesque, entre réalité et poésie, entre journaliste et biographie, avec le souci du détail, l'art de la formule et l'interdiction d'être chiant.


Alors, qu'on me dise encore une fois qu'elle est pistonnée, cette Pauline Delassus - mais pas sans avoir lu au moins l'un de ses romans.


La nuit de Kim Kardashian


Ce deuxième opus, qui se concentre cette fois sur la Kim la plus connue de la planète, est dans la même veine. Plus romanesque encore, peut-être, par la transformation de cette poupée californienne qui est passée des mini jupes à paillettes aux costards sans cravates, et d'une sex-tape à la tête de l'empire qu'elle a créé... de ses fesses.


La nuit de Kim Kardashian, c'est un regard croisé sur les trajectoires de deux destins : d'un côté Kim, jeune ado insipide et inconnue, de l'autre Omar, vieux bandit à la française. Ils n'ont que deux points communs : avoir construit leur empire et leur fortune à la sueur de leur front, n'en déplaise aux préjugés, et ce braquage.


Ce roman, c'est un contraste permanent entre le faste et les diamants américains d'une petite diva qui monte, et la cavale, l'angoisse quotidienne d'un voleur connu et respecté qui observe son propre déclin. Diamétralement opposés, tout les conduit à cette chambre d'hôtel où ils se confrontent le 3 novembre 2016.


L'ascension d'un destin biberonné au web


Au-delà de Kim, ce qui est absolument fascinant dans ce roman, comme dans le précédent, c'est qu'il raconte certes le destin de deux personnages au premier plan, mais que les creux de ces trajectoires dessinent peu à peu un portrait de notre époque, de ces vingt dernières années qui viennent de filer et d'apporter avec eux la démocratisation du web, des réseaux sociaux, l'avènement des smartphones, de nouvelles égéries, un nouveau paysage politique, de nouveaux métiers - bref, une autre façon de vivre.


Quelque part, La nuit de Kim Kardashian photographie ce monde qui évolue si vite, ces nouveautés qui se chassent l'une l'autre, ce nouveau modèle sociologique en train d'émerger où une gamine qui a fait une sex-tape finit invitée à la Maison Blanche. C'est Kim & Kanye, le couple royal et démesuré, c'est la démocratisation de valeurs de tolérances à une heure de grande écoute, où la K family balaie le racisme, le patriarcat ou la transphobie en direct, dans un pays où ces maux font encore tant de morts, c'est une version premium du rêve américain, non pas par l'accès à la richesse, car papa et maman étaient blindax, mais à l'image, au respect, à la reconnaissance. À l'influence.


C'est une ascension qui part des fesses, qui devient globale, qui fait qu'aujourd'hui l'empire Kardashian reçoit le soutien de 250 millions d'abonnés et prépare doucement sa reconversion. Quarante ans, l'année de la maturité ?

FAIS-TOI TA PROPRE IDÉE 💙


en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY