La reine des quiches, Sophie de Villenoisy

On avait l'habitude d'une Sophie de Villenoisy dans l'humour très franc et très cocasse. Avec La Reine des quiches, on retrouve des sujets plus graves, un petit peu moins de blagues, mais on garde des ingrédients essentiels : une écriture sans filtre, un humour en filigrane et, cerise sur le gâteau, un bon shot de "aie confiance en toi". Un roman rafraichissant qui fait un bien fou !


L'humour à la "Sophie de Villenoisy"


Sophie de Villenoisy, elle a cette espèce de talent extraordinaire qui lui permet de dire - et d'écrire - à peu près n'importe quoi avec une humour fou. Quand elle a abordé le suicide et le désespoir d'une Sylvie Chabert au bout du rouleau qui n'avait plus rien à perdre dans Joyeux Suicide et bonne année, c'était à se tordre littéralement de rire. Quand elle a écrit Question de standing, où Caroline d’Adhémar de Gransac perd toute sa fortune et fait un grand écart permanent entre le Ritz et Pôle Emploi pour ne pas perdre la face, c'était désopilant.

Cette fois, La reine des quiches s'attaque à décortiquer le syndrome de l'imposture avec Murielle Petit, anti-héroïne abonnée à la loose qui - soudain - a la win.


La reine des quiches, ou le syndrome de l'imposture


Lorsque Gallimard l'appelle pour publier son roman, le dernier d'une lignée avortée, toute sa vie se trouve chamboulée. Enfin sa vie... Mais aussi celle de ses proches.

Celle de sa mère, qui nourrit à son égard des sentiments pour le moins contradictoires, celle de son compagnon, Jérôme, son infini supporter. Et surtout celle de sa soeur, Cathy, maman "épanouie" de trois garçons, complètement épuisée, jalouse et un peu névrosée, et blogueuse du dimanche accro aux likes avec un compte Instagram aussi rempli que sa vie est vide.


Parce que Murielle, "Mumu", c'est la reine des désillusions. Des fausses couches à la chaîne, des romans qui n'aboutissent pas, un job de rédactrice "santé animale" qui ne la passionne pas et ce sempiternel syndrome de l'imposture. Cette impression de ne pas mériter le bonheur, de ne pas tenir son rôle de femme comme il le faudrait, comme sa soeur le fait, avec sa marmaille dégoulinante de sourires sur Instagram et ses fêtes d'anniversaire dignes d'une production hollywoodienne. Alors, lorsque la chance tourne et que les projecteurs se braquent sur Murielle, il lui faut apprendre à s'aimer, à se faire confiance, à être fière d'elle.


La reine des quiches est un roman drôle - différent de l'humour habituel de Sophie de Villenoisy, surprenant, mais loin d'être déceptif. Plus mature que les deux précédents, il est aussi plus émouvant et plus impactant, prenant dès les premières pages et très difficile à lâcher. Un fee-good book d'un autre genre qui vaut le détour !


Découvre les premières pages du roman juste ici !


en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY