La somme de nos folies - Shih-Li Kow

Je vais te confier un sentiment bien tranché : j’ai l’impression qu’il est particulièrement difficile de lire un roman, de vraiment le lire, c’est-à-dire de le découvrir, de se laisser embarquer, de pénétrer l’univers comme quand on entre dans un parc Disney, être immergé dans un espace redéfini qui n’est pas celui du quotidien, de vraiment le lire, donc, de l’apprécier à sa juste valeur, quand tout le monde l’a déjà lu avant toi, quand la critique l’a encensé, quand tu le vois passer dix fois par jour ou presque sur Bookstagram à coups de critiques dithyrambiques et que, quand tu as l’audace de snober les réseaux sociaux, c’est la presse ou tes copines qui t’y ramènent, inlassablement. C’est ce qu’il m’est arrivé avec La Somme de nos folies, et avec beaucoup d’autres romans aussi, En attendant Bojangles par exemple, qui ne m’a fait ni chaud ni froid après l’énorme pataquès qu’on en a fait, et tu n’as pas idée à quel point j’appréhende d’entamer La Vraie vie.


Mais La somme de nos folies, c’est différent. J’avais peur, donc, en ouvrant les premières pages, peur de l’exotisme, peur de la trop bonne critique, peur de ne pas accrocher, d’être déçue, parce que plus j’en attends d’un livre, plus mes exigences sont hautes et mes espérances folles, plus la chute est dure. Mais pas cette fois - cette fois, ça a été le coup de coeur dès la première page.


Le pitch


Il arrive rarement qu’un déluge fasse de l’ombre à une éclipse solaire. Il n’empêche, cette année-là, par un curieux concours de circonstances, Beevi, vieille dame fantasque, volontiers revêche, terriblement attachante, hérite d’une grande demeure et adopte Mary Anne, débarquée de son orphelinat. Aidée de Mary Anne et de l’extravagante Miss Boonsidik, Beevi reconvertit la bâtisse – quatre tourelles, dix toilettes, des bibelots à foison et un jardin extraordinaire – en bed & breakfast pour touristes égarés…


Le tout livré en alternance et avec force commentaires par la facétieuse Mary Anne et par Auyong, l’ami fidèle, vieux directeur de la conserverie de litchis, qui coulerait des jours paisibles s’il ne devenait l’instigateur héroïque d’une gay pride locale.

La Somme de nos folies est la chronique absolument tendre, libre, drôle, profonde, incisive, d’un petit monde presque sans histoire quelque part en Malaisie, aujourd’hui. Une somme de folies très humaines, comme un concentré de vie, dans ce qu’elle offre de plus lumineux.


Princesse Sarah exotique version Good Vibes Only


La Somme de nos folies, c'est donc délicieusement fantasque, et un peu burlesque aussi. C'est un univers où les filles de l'orphelinat s'appellent toutes Mary-quelque chose, où le moindre ressort du quotidien devient cocasse et où l'incongru est roi. C'est tendre, bien sûr, et c'est drôle aussi, avec cette espèce de fraîcheur subtile, sans verser dans l'humour ni dans la comédie, c'est improbable, c'est une ado qui se fait enfin adopter et dont les nouveaux parents meurent tragiquement dans un accident de la route, duquel elle réchappe. Tellement ironique que ça pourrait être une ligne dans la chanson d'Alanis Morissette.


C'est une certaine façon de revisiter Princesse Sarah aussi, le dessin animé de notre enfance, si beau au début, si triste très vite, sauf que l'orphelinat et plus joli et que rien n'est jamais tragique. C'est un carnaval d'animaux au comportement grotesque, une vieille bique qui à le goût de râler, souvent et très fort, et un coeur gros comme ça sous ses airs de pas contente. C'est une certaine idée de la famille, finalement, le genre de famille qu'on choisit, celle dont en s'entoure, ces êtres singuliers que la vie pousse constamment sur notre route et qui changent le cours de choses, qu'on aime à n'en plus pouvoir comme si l'on partageait le même sang.


Le genre de romans qui te met des frissons, même quand tout le monde l'a adoré avant toi. Promis, tu l'aimeras aussi.


Découvre les premières pages de La Somme de nos folies juste ici !


en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY