Sœur, Quentin Abel

« — Il va y avoir quelque chose dans les prochains jours. Sur un marché de Noël, à Paris. Je m’y engage devant Allah - grâce lui soit rendu.

Le calife émet un grognement approbateur. L’évocation de la capitale française remue un souvenir vieux d’une décennie : une photo de l’affiche du film Moulin Rouge, Punaisée dans le bureau de l’officier américain qui l’avait interrogé deux jours d’affilée, assez courtoisement – Nicole Kidman y affichait un décolleté outrageant. Le calife s’était efforcé de le fixer dans sa mémoire pour renouveler l’imaginaire de ses séances d’onanisme, à son retour en cellule.

— Vous avez quelqu’un ?

— C’est une sœur. Une convertie. Elle irait jusqu’au fond de l’enfer si on le lui demandait. »


C'est quoi, "Soeur" ?


Soeur, c’est le genre de roman qui te tord le ventre. Qui te ramène pas très loin du 13 novembre ; pas vraiment dans la tempête, mais dans l’attente, dans l’anticipation des jours suivants, dans la terreur que tout recommence.


Soeur, c’est Jenny, même pas encore majeure. Elle frôle les 18 ans et elle est pétrie de conflits, avec sa mère, avec la France, avec la société tout entière. C’est une adolescence banale, finalement, avec des problèmes tout aussi ordinaires. Elle boit du Coca Light et elle aime aller chez McDonald’s, elle a envie de s’offrir des fringues, elle est attirée par les paillettes qu’on lui promet : tout ce dont le capitalisme lui a toujours fait rêver. Tout l’or du monde, l’amour d’un mari dont elle partage les valeurs, loin du calendrier Pirelli gonflé de nanas à poil que son père punaise au mur de la cuisine, et qui la renvoie à son statut de femme-objet que la société lui inculque chaque fois qu’elle passe devant.


Ce « on » qui l’attire, qui lui fait entrevoir monts et merveilles, c’est Daesh. C’est sa meilleure amie, embrigadée jusque sur leurs terres, qui va déchanter en arrivant là-bas. C’est la soif du sang déguisée sous un idéal sociétal où tout lui serait accessible, ou elle serait enfin affranchie de l’autorité de ses parents, où tout serait plus facile et bordé de richesses.


Un roman bouleversant


Soeur, ce n’est pas un roman sur l’État Islamique ni sur les attentats, c’est un roman qui retrace le destin de deux adolescentes perdues, embrigadées par des forces obscures qui utilisent la colère de leur jeunesse et leur peur de l’avenir pour les transformer en bombes humaines. C’est Jenny qui se prépare, dans l’ombre, à attaquer la foule, à éclabousser jusque sur leurs chaussures.


C’est un roman brut et intelligent, touchant, dévastateur même, qui tient en haleine jusqu’à la dernière page, mais qui préserve le lecteur de l’après. Ici, pas de scène apocalyptique ni de détails sanguinolants. Quentin Abel s’arrête au bon moment pour signer un roman époustouflant qui transperce le coeur… Mais qui reste tout de même légèrement frustrant pour le lecteur.


A lire absolument.


Tu peux lire les premières pages juste ici


en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY