Scoop - Yann Le Poulichet

« — Ben, Pascal, le people, c’était toute sa vie. Il était passionné. Mais passionné chiant. La nouvelle coupe de cheveux de Vanessa Paradis, ça l’excitait pendant trois jours.

— C’est pas normal, ça, dans un magazine people ?

— Pas dans celui-là. À part Pascal, le people, tout le monde s’en fout, en fait. »

C’était un concept que la plupart des gens avaient du mal à comprendre. On pouvait bosser à Scoop sans vouer le moindre intérêt aux cuites de Johnny Hallyday ou aux poses lascives de Beyoncé. S’en foutre, c’était même conseillé. Ça évitait l’affect, ça permettait de traiter l’info avec détachement, de pratiquer librement le foutage de gueule. On finissait par s’y intéresser sans le vouloir, on pouvait tous citer par coeur les prénoms des enfants de Mariah Carey ou Sharon Stone, mais au fond, la vie privée des people, on s’en tapait totalement.

« Vous êtes en train de me dire que le people, ça ne vous intéresse pas ?

— Pas du tout. À l’origine, je voulais être journaliste sportif.

— Ben merde alors. Mais qu’est-ce que vous foutez là ?

— Je m’amuse. Dans l’ensemble, c’est plutôt cool. On est bien payé, on se marre, on se fout de la gueule des people…

— Et parfois, y a un mec mort dans les toilettes…

— Euh, ouais. Mais pas souvent, quand même. » (JC Lattès)

Drame à Scoop. Pascal, le chef des infos de ce célèbre magazine people vient d’être retrouvé mort, salement égorgé dans les toilettes de la rédaction. Pour trouver le coupable, une femme flic et un journaliste vont devoir s’immerger dans l’univers trouble de la presse à scandale. Au programme, paparazzis sans foi ni loi, informateurs prêts à vendre père et mère, stars cyniques, mais aussi Cordélia, personnage mystérieux qui, dans l’ombre, semble diriger d’une main de fer ce petit monde. Entre une cuite au champagne et un échange de photos volées, nos héros vont devoir apprendre à cerner cette foule délirante pour découvrir la vérité.


Yann Le Poulichet se faufile depuis 15 ans dans l’univers retors de la presse people, et pas chez n’importe qui : les rois de la presse poubelle, ceux qu’on lit comme un petit plaisir coupable et dégénéré — Voici. Objet de tous les fantasmes, Voici devient Scoop, mais son univers reste impitoyable : le big boss est retrouvé la gorge tranchée dans les toilettes, lors d’un bouclage arrosé à la bière.


Le narrateur, drôle et mordant, ne résiste pas longtemps à l’appel de l’enquête ou au sourire enjôleur de sa fliquette — dans un décor réjouissant et crapoteux, mais surtout jubilatoire, Yann Le Poulichet nous sert un polar hors-norme, fascinant, moderne, page-turner à offrir à tous vos proches. Un polar pour ceux qui n’aiment pas les polars puisqu’il s’affranchit de tous les codes du genre, réinvente un genre littéraire poussiéreux utilisé à outrance par les maîtres du genre, de Stephen King à Agatha Christie en passant par Fred Vargas, et tous leurs spécieux mimes.


Yann Le Poulichet ravit par son humour : avec un ton enlevé et résolument masculin, une voix d’homme pas très sensible, plutôt désinvolte et curieux à outrance, il nous entraîne dans les coulisses de la presse people, des coups bas et des piques qu’il décerne volontiers aux magazines du groupe, notamment un magazine politique qu’on devine être Capital — la petite pute qui se prend pour une baronne — et celle, à peine voilée, de la grande bourgeoise Gala, jusque dans les soirées indécentes de Cannes, dans la coke et le sexe facile, dans les potins qui se dénichent, dans des soirées privées sur un yatch qu’on hold-up en pédalo. Dallas en plus cool, en plus drôle, en plus palpitant. Un polar séduisant et novateur qui souffle un vent nouveau sur ce genre fossilisé.

en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY