Sous la vague - Anne Percin

Mars 2011. Alors que le Japon s’enfonce dans le chaos nucléaire, l’héritier d’une prestigieuse propriété de cognac vit son propre tsunami. Dégringolade financière, fille enceinte d’un ouvrier syndicaliste, grève, etc. Il résiste à sa façon, molle et naïve, ne trouvant du réconfort qu’auprès de son chauffeur, un fumeur de joints, ainsi que d’un chevreuil, comme si, face à la sauvagerie globalisée, seule la chaleur d’un animal, ou les fragrances d’un vieil alcool, lui apportaient réconfort. (Rouergue)


Une comédie sociale


Roman de l’abîme, Sous la vague est une comédie sociale, parfois satirique, souvent franchement drôle, qui bouscule les préjugés et niche, dans des problèmes de riche, une fable décalée dans laquelle la réalité est peu à peu recouverte par des désirs fantaisistes, décousus, hors du contingent. Une vraie comédie sociale impétueuse dans une famille particulière, entre un père à la dérive, une ex-femme pleine de manigances, une adulescente pourrie gâtée qui fracasse encore la voiture de papa, un chauffeur qui se rapproche le plus de la notion de famille et, surtout, un défilé d’animaux en détresse qui incarnent le seul vrai lien affectif que le narrateur tisse.


« Habiter la Charente et ne pas boire, c’est presque un suicide social. » Noyé dans la mollesse de la narration calquée sur son personnage principal — et c’est là le seul reproche qu’on pourrait lui faire — Sous la vague sublime le flegme et l’impassibilité au cœur du chaos, dans l’œil d’une tempête qui fait basculer sa vie. Dans l’esthétique du chaos orchestré, sous couvert d’une comédie sociale fort bien mise en œuvre, Anne Percin livre un roman touchant sur les tournants déterminants de la vie.

en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY