Sous le soleil de mes cheveux blonds, Agathe Ruga

Il y a des romans comme ça, qui sont des coups au coeur. Où tu lis et c'est instantané : tout t'accroche. L'héroïne te rappelle ton toi d'il y a dix ans, le tableau te rend nostalgique, le récit te permet d'évacuer tes propres démons du passé. Sous le soleil de mes cheveux blonds, c'est ça : c'est un chagrin d'amitié, c'est une dichotomie de la vie, c'est une chronique de cet âge si spécial entre l'adolescence et l'âge adulte où tout se construit. Et ça fait du bien.


Une histoire d'amitié


Sous le soleil de mes cheveux blonds, c'est un chagrin d'amitié. L'une est brune, l'autre est blonde. L'une des sauvage, aventureuse, débordante, l'autre est calme, bourgeoise, du genre qui laisse sommeiller une tempête sous ses airs de catho tradi. Il y a Brune, et puis il y a Brigitte. Le duo infernal. Quand on a 15 ans, on se promet tout - l'amitié qui durera toute la vie, l'amour, le soutien sans faille et le filet de sécurité. Et puis... Life happens. Dans les péripéties de la vies, les amitiés adolescentes s'étiolent, se brouillent, le lien demeure mais ce que l'on partage s'amenuit. Et puis, un soir d'été, tout disparaît. Brusquement, Brigitte part, et ne reviendra jamais. Que s'est-il passé ?


Dans ce roman nostalgique et sensible, Agathe Ruga s'improvise archéologue d'une amitié enterrée et ravive les douleurs et les joies du passé le temps de 200 et quelques pages - trop court, trop beau.


"Tu es ma plus belle robe de soirée, mon champagne le plus euphorisant, mon plus long SMS. Mon plus bel amour inachevé."


3 raisons de le lire


💛LE CHOIX DE LA LETTRE - Le premier gros point fort de ce roman, c'est l'adresse : Brune, à présent trentenaire, s'adresse directement à son ancienne amie en évoquant leur passé commun et l'ensemble de leurs aventures. Le roman se construit alors dans un espèce de récit rapporté, sans pour autant perdre de son dynamisme. On évite les flashbacks, les maladresses de construction, les structures trop éculées qui manquent de dynamisme et d'originalité. Finalement, c'est un peu comme écouter ta copine qui te raconte ses histoires d'adolescente. La magie opère complètement : le récit est captivant, le lien avec l'héroïne, hypnotisant.


💛L'ENTRE DEUX - La littérature a tendance à raconter une période, un âge d'or. On raconte l'adolescence, on raconte l'âge adulte. On raconte une histoire d'amour. On dit rarement l'entre deux : ces moments fondateurs où l'on se sent comme une merde, ces montagnes russes sur lesquelles on se construit. On ne raconte pas les hésitations entre Monsieur A et Monsieur B, les incertitudes, les doutes, les infidélités passent à la trappe si ce n'est pas pour mettre en lumière cette éclatante histoire d'amour et ce happy end. En littérature, on construit - mais on détruit rarement. Le deuxième énooorme point fort de ce roman, c'est sa façon de raconter l'entre deux. Entre deux vies, entre deux tranches d'âge, entre deux style, entre deux hommes. C'est dans ces creux que l'histoire - et la vie - prend tout son sens, dans cette façon de réagir, de gérer les abscences, les trous, les passages à vide. La loose n'a jamais été aussi belle que sous la plume d'Agathe Ruga.


💛CHAGRIN D'AMITIÉ - On se promet tellement de choses, et puis un jour, plus rien. Nos espoirs de petites filles, nos "meilleures amies jusqu'à la mort", tout ce qu'on a partagé devient un souvenir amer quand la vie s'immisce entre nous. L'amour déçu, c'est presque banal. C'est dur, mais on s'en remet toujours - on a l'habitude. Une amitié qui meurt, ça laisse des traces à vie. Ça te pince le coeur quand tu vois deux amies discuter sur un banc dans la rue. C'est une courte absence, une réminiscence fugace qui traverse ton esprit quand tu lis un article, quand tu écris un mail ou quand tu t'habilles le matin. C'est une cicatrice de l'intérieur qui ne se voit pas mais qui ne disparaît jamais. Qui demeure, sertie de regrets, d'interrogations. Et, pour une fois, ça fait de bien de lire ça, de s'identifier, d'expier ses amours mortes du passé.


S'il fallait résumer ce roman, je te dirai ceci : c'est une fouille archéologique où Agathe Ruga explore une à une les strates d'une amitié morte et enterrée. C'est beau, poétique, triste est fascinant. Un peu comme regarder un accident de voiture au ralenti, repérer le moment où la ceinture de sécurité s'est détachée, anticiper la catastrophe, mais ne rien pouvoir faire, ne pas réussir à détourner le regard. C'est un roman juste, un roman fort, un roman contemporain. Un roman de filles qui se crêpent le chignon, qui disent que ça va quand ça va pas, qui essaient de vivre leur vie du mieux qu'elles peuvent en naviguant entre les tonnes de merde que le destin jette sur elles. Bref : c'est un roman à lire d'urgence.


Découvre les premières pages du roman juste ici !




en collaboration avec...

P.O.L.

plon

PRÉLUDES

presses de la cité

RIVAGES

robert laffont

stock

VERTICALES

ZULMA

  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Mails

©LolliothEque2018 / Tous droits réservés

Powered by HARD WoRK ONLY